Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/04/2011

A Nîmes : coup de jeune au Vintage

NOTE : PAS MAL. PRIX : RAISONNABLE.

Changement de propriétaire au Vintage. Paul Salvador vient de laisser la place à Michaël Gros


Décidément ça bouge dans le quartier. Après l’ouverture de À La ficelle, La cave aux huîtres, Tarte et plancha rue de l’Étoile, voilà que Le Vintage, que tenait depuis 25 ans Paul Salvador, change de propriétaire. C’est Michaël Gros, un jeune trentenaire qui a fait ses classes dans les brasseries Bocuse à Lyon (tout comme Laurent Brémond le chef de l’Imprévu, place d’Assas), qui a repris les rênes de cette petite affaire qui donne sur une minuscule place, rue Fresque. À l’intérieur, la déco a pris un sérieux coup de jeune: les murs ont été repeints dans des couleurs tendres, les tables et les chaises ont été changées. À l’extérieur, tout est resté à l’identique et c’est tant mieux. On déguste la même cuisine méditerranéenne élaborée mais les plats ont quelque peu changé. Alexandre, le chef, est resté. En entrée, les propositions sont alléchantes : assiette de charcuterie ibérique, escargots à la nîmoise, foie gras poêlé, crumble de légumes. Idem pour les plats: rognons de veau au vinaigre de framboise, tajine d’agneau au pruneaux, daurade royale au chorizo. Même constat pour les desserts avec le millefeuille de fraises, le vacherin aux fruits rouges ou la grenade chocolat gingembre.
Les prix ont baissé : le menu à l’ardoise avec entrée, plat et dessert est à 26 euros et le menu du jour à 14 euros.
Cette table largement fréquentable n’a rien perdu de ses qualités antérieures et a gagné en décontraction. Et le soleil brille toujours sur ce petit carré de la rue Fresque. Tout ça vaut bien d’y aller déjeuner.


Catherine UNAC cunac@midilibre.com

Ouvert tous jours sauf dimanche et lundi. Le Vintage, 7 rue de Bernis, Nîmes.

Menus : 12,50 euros, 14 euros, 26 euros. Carte. Tél.  04 66 21 04 45.

L'aqueduc selon rabelais

Samedi 23 avril, le pays Uzège-Pont du Gard propose une balade placée sous le signe du patrimoine mondial de l'Humanité : la gastronomie française et le site du Pont du Gard. Un rendez-vous découpé en six étapes gastronomiques signées Jérôme Nutile, le chef deux étoiles du castellas à Collias, et des dégustations de vins en présence des vignerons locaux. Tous les détails de cette journée sont sur www.tourismegard.com

pontdugard.jpg

 

29/03/2011

A Nîmes : la cuisine de bistrot du Mogador

NOTE : PAS MAL. PRIX : RAISONNABLE

mogador ok.jpg

 


Changement de propriétaire au Mogador. Martine et Wilfried conservent le même esprit


Dans ce restaurant connu de la place du Marché, les propriétaires ont changé. Ce sont Wilfried et Martine qui ont repris l’affaire. Le couple tenait depuis quelques années, un établissement saisonnier à Portiragnes dans l’Hérault, pas loin du Cap d’Agde. Ils ont eu envie de changer et de retourner dans la ville natale de Wilfried. C’est sur le Mogador que leur choix s’est porté «pour la jolie place toujours animée» explique Martine. À l’intérieur, ils ont rafraîchi la décoration, mis des chaises colorées et choisi de jolis tableaux et miroirs en métal. Côté cuisine, le chef est resté mais la carte a subi quelques modifications. Ils proposent toujours des recettes de bistrot assez simples comme des émincés de magret aux figues, des pâtes fraîches et toutes sortes de salades qui vont de l’Italienne à la chicken caesar en passant par la gourmande aux gésiers, magrets fumé et toasts de foie gras. Quelques plats ont été enlevés et d’autres rajoutés comme pour les salades<TH>; la gamme de viandes et de poissons élargie comme ce carpaccio de saumon qui est inscrit à la carte depuis quelques semaines. L’autre changement, c’est que le restaurant est ouvert sept jours sur sept à midi. D’ici quelques jours, il servira à dîner le soir, du jeudi au samedi.
Wilfried et Martine proposent aussi un plat du jour à 8,50 euros et des formules du midi à12,90 euros avec plat du jour, dessert du jour et café compris. À noter, enfin, la formule crocodile, qui comprend le gratin de brandade et sa salade, le dessert du jour et le café.

Catherine UNACcunac@midilibre.com


Tous les jours à midi et du jeudi au samedi soir à partir du mois d’avril. Le Mogador,
  place du Marché, Nîmes. Plat du jour : 8,50 euros,
formules : 12,90 euros, 15,90, 14,30 euros. Carte. Menu enfant : 5,50 euros. Tél. 04 66 21 87 90.

25/03/2011

La grande-Motte : La voile bleue, c'est reparti

 

voile bleue.jpg

La voile bleue, la célèbre plage paménagée du grand Travers à La grande-Motte rouvre pour la saison mercredi 20 avril. Ce soir-là, la paillotte fête son lancement mais aussi celui de toutes les autres plages privées, en grandes pompes, avec buffet concocté par le chef Alexandre Beaugrand, dégustations de vins des caves Notre-Dame, un show acrobatique et aérien et le groupe acoustique K-Hello.

La voile bleue, plage privée, Le Grand Travers, La Grande Motte. Mercredi 20 avril, à partir de 19 h.

Tél. 04 67 56 73 83.

 

22/03/2011

Un Bib pour le Riche à Alès

NOTE : BON. PRIX : RAISONNABLE.

 

Avec L’Orchidea à Gallargues-le-Montueux, Le Magister à Nîmes, Le Riche est le troisième restaurant gardois à décrocher cette année un Bib récompensant les bons rapports qualité-prix. En effet, on y déguste une excellente cuisine traditionnelle à partir de 22 euros.

Ouvert tlj. Le Riche, 42 place Pierre-Sémard, Nîmes. 22 euros, 27 euros, 40 euros. Carte.

Tél. 04 66 86 00 33.

Avignon : festival de saveurs à La Vieille Fontaine

NOTE : EXCELLENT.PRIX : RAISONNABLE.

La Vieille Fontaine, le restaurant de l’hôtel d’Europe retrouve son étoile perdue il y a deux ans. Une distinction amplement méritée


L’étoile avait filé il y a deux ans. La voilà retrouvée. Le chef Bruno d’Angélis affiche une satisfaction retenue: le macaron, il l’a eu durant huit ans avant de le perdre. Alors aujourd’hui il se dit "sobrement content". Ce chef-là avec son flegme faussement "british" c’est un peu le Jude Law de la cuisine. Aussi peut-être une sorte de Rabanel avignonnais avec ses saveurs méditerrranéennes revisitées avec légèreté et un raffinement haute couture. Ou encore peut-être le Thierry Marx de la cité des Papes avec ses espumas, ses inspirations asiatiques et son sublimissime œuf cuit à 63° c (permettant de ne cuire que le blanc) au lard de Bigorre et à la truffe râpée. En dépit de ses ressemblances, sa cuisine reste unique et inédite, très esthétique et rigoureuse. À l’image de la ville, élégante et pleine de fantaisie. On la déguste dans l’intimité du décor feutré du bar de l’hôtel ou dans la cour Renaissance. Le tube croustillant de king Crabe à la graine de moutarde, bonbon gélifié pamplemousse, jus d’ananas mérite tous les superlatifs. Tellement léger et subtil... Le foie gras de canard des Landes poêlé à la rhubarbe avec ses fins copeaux de bonite séchés qui virevoltent sous l’effet de la chaleur résonnent comme l’apothéose d’un repas sans fausse note, accompagnés d’une sélection de vins justes et tout autant raffinés. Le dernier des sept plats, un délicieux dessert de mousse au chocolat, tuile et glace vanille confirme, si tant est qu’il fallait encore le faire, ce déjeuner exceptionnel et place son macaron bien au-delà de son mérite.

Catherine UNACcunac@midilibre.com


Fermé dimanche et lundi. Hôtel d’Europe, 14 place Crillon, Avignon (Vaucluse). Menus : 29 euros, 35 euros, 39 euros, 46 euros, 58 euros, 90 euros, 120 euros. Tél. 04 90 14 76 76.

25/02/2011

Nîmes : déjeuners expéditifs au César

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

NOTE : PAS MAL. PRIX : RAISONNABLE

Le restaurant du Holiday Inn en Ville-Active est ouvert tous les jours et propose une cuisine très simple...

Autant le dire d’entrée, nous ne sommes pas dans un restaurant gastronomique. Au César Palace, le restaurant du Holiday Inn en Ville-Active, on fait plutôt dans le déjeuner expéditif. La carte est consistante, l’intitulé des plats simple et le buffet d’entrée bien garni. Tout est fait pour choisir vite et manger rapidement.

Buffet d’entrée et pâtes bolognaise

 

 

On ne s’attarde pas sur la déco qu On ne s'attarde pas sur la déco qui ne présente pas vraiment d’intérêt, disons-le, ni sur la grande assiette dressée sur la table avec olives et rameaux d’oliviers peints dans un style provençal. C’est parti pour un menu du jour. On se laisse tenter par le buffet d’entrée et des pâtes bolognaises. Pas très glamour tout ça, mais bon... Le serveur, qui manque pour le moins de délicatesse, nous presse de choisir le dessert avant de nous enlever rapidement la carte des mains.

On se dirige vers le buffet qui fait envie avec plusieurs salades, de la charcuterie, des gambas et... pas mal de mayonnaise. On déguste tout ça dans une salle assez bruyante et en lorgnant sur la terrasse extérieure qui parait agréable. Arrivent les pâtes bolognaises, et avec elles un souvenir de cantine scolaire. Pourtant, il ne faut pas trop se fier aux apparences, finalement elles ne sont pas trop mauvaises ces “bolo” là ! Un flan coco correct achève (enfin) ce déjeuner simple, trop simple...

 

 

Catherine UNAC

 

 

 

cunac@midilibre.com

 

 

Ouvert tous les jours midi et soir. Le César Palace 202 rue Nicolas-Ledoux, parc hôtelier Ville Active Petite, Nîmes. Menu 11,40 , 13 , 17 , 28 , formule grande assiette : 13

04 66 29 86 87.

 

Rostang, père et filles

 

rostang.jpg

Autour de 72 recettes simples et familiales, c'est la saga Rostang que l'on découve.Celle du célèbre pap-chef étoilé, Michel, et de ses filles, Caroline et Sophie, qui se raconte à travers des plats, des histoires de famille, de mémoire, d'amitié. Un livre de goûts, de couleurs et de plaisirs.

Rostang père & filles. Editions Glénat. 39

21/01/2011

A Garons, l'aéroport Côté Sud et côté gourmand

NOTE : PAS MAL. PRIX : RAISONNABLE.

Cuisine traditionnelle raisonnable au restaurant de l’aéroport Nîmes-Garons

 

Au premier étage de l’aéroport de Nîmes-Garons, le restaurant Côté Sud propose dans un décor contemporain, une cuisine traditionnelle. Avec vue imprenable sur le tarmac. Jean-Luc Plan, le maître des lieux, a confié depuis peu ses cuisines à Jean-Louis Calcat, un chef habitué aux voyages, qui a forgé son expérience dans les hôtels-restaurants de la chaîne Radisson et qui livre une carte variée mais classique. Terrine de foie gras au pain d’épices, carpaccio de bœuf basilic et copeaux de parmesan, filet de rouget à la crème de crustacées, médaillon de veau, entrecôte, crème brûlée composent cette carte avec une petite place pour le côté terroir avec la côte de taureau grillée ou le filet de daurade au beurre d’herbes et régulièrement la fameuse brandade nîmoise. A la carte, un repas complet (avec entrée, plat et dessert) tourne autour de 30  euros. Mais au déjeuner on peut s’en tirer pour 15 euros avec un menu également complet. Une brique à l’œuf à la tunisienne, une escalope de volailles sauce moutarde et potatoes et un millefeuille à la vanille composait le menu du jour.

C’est une clientèle voisine de l’aéroport qui vient régulièrement déjeuner chez Côté Sud ; les passagers de la dizaine de vols hebdomadaires font quelques haltes, des haltes qui pourraient être plus nombreuses puisque d’ici quelques mois l’aéroport Nîmes-Garons devrait compter des lignes supplémentaires.

Catherine UNAC unac@midilibre.com

Ouvert tous les jours à midi. Côté Sud, aéroport Nîmes-Arles-Camargue Menu complet : 15 euros. Carte. Plat à partir de 12 euros, entrée à partir de 10 euros et dessert à partir
de 6 euros. Service traiteur et organisation de fêtes.
Tél. : 04 66 70 49 40

cote sud.jpg

20/12/2010

A Nîmes : l'exotisme éclectique Toka la porte

NOTE : BON. PRIX : PAS CHER.

Ouvert depuis 4 mois, ce restaurant livre quelques bonnes surprises

 

Toka La Porte fait partie de ces lieux qui suscitent la curiosité dès le seuil franchi, avec sa décoration d’objets africains hétéroclites et ses photos plutôt kitsch comme celle de Mariah Carey. C’est Hugues et Anne-Lise qui ont eu l’idée de cet établissement. Il est chorégraphe, elle est danseuse et tous les deux ont créé leur restaurant, animés d’une même passion pour la cuisine africaine et antillaise et d’une envie de conjuguer leurs talents artistiques. Ils organisent aussi des soirées chez des particuliers où danses et cuisine se complètent. « Nous préparons à domicile le repas et puis nous dansons ensuite pour les convives », explique Anne-Lise dans un large sourire.
Dans leur restaurant, Hugues s’inspire des cuisines antillaises, africaines, malgaches et réunionnaises et livre des recettes originales et délicieuses comme le poulet perroquet à l’avocat et à la figue; l’aoucha, des boulettes de viandes aux courgettes; le kedjenou, un plat africain de poulet à la plancha aux aubergines et aux courgettes... Les plats plus traditionnels figurent aussi sur la carte comme le boudin créole, le rougail ou les acras de morue. Dans l’assiette, l’aoucha tient ses promesses, le plat est exotique et plein de saveurs comme on l’espérait. Le dessert de banane plantin et de mandarines couronne ce repas entre Afrique et Antilles. Cette adresse pleine de bonnes surprises manquait juste d’une petite musique d’ambiance. Un minuscule détail dans ce lieu chaleureux où tous les objets sont d’ailleurs à vendre.


Catherine UNAC cunac@midilibre.com


Ouvert tous les jours midi et soir. Toka La Porte, 13 rue Littré, Nîmes. Sur place ou à emporter. Préparation de repas ou de soirées repas + danses à domicile. Plats à partir de 9,50 euros.

Tél. 06 13 64 22 56.

tokalaporte.jpg