Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/10/2010

A Caissargues : déjeuner provençal aux Aubuns

NOTE : PAS MAL. PRIX : RAISONNABLE.

Sur la route de l’aéroport Nîmes-Garons, un jeune couple, Jean et Manon, vient de reprendre le restaurant


Roulés d’aubergines au jambon cru, suprême de poulet fermier sauce aux champignons et nage de fruits rouges. Ce menu de déjeuner c’est celui des Aubuns. L’hôtel-restaurant sur la route de l’aéroport à Caissargues, celui que beaucoup confondent avec Alexandre, parce qu’il est sur la même route.
Mais ici, pas de cuisine gastronomique. Jean et Manon, qui ont repris l’établissement il y a trois mois, travaillent des recettes provençales dans un souci de fraîcheur et au plus près des saveurs. Rien d’excentrique, ni de tarabiscoté, Jean qui est en cuisine, a développé une carte courte avec des recettes abordables pour tous les palais. Brandade de daurade, tagliatelles aux saint-jacques à la provençale, andouillette rôtie à la moutarde, panna cotta de fruits rouges ou crèmes brûlées.
Comme il fait encore beau, on déjeune au bord de la piscine le menu unique du midi ou les plats à la carte. La clientèle est habituée et pressée. Le service un peu monotone mais efficace. L’addition ne vous dépouille pas. Finalement on n’a pas grand-chose à redire de ce restaurant tenu avec la toute jeune passion de Jean et Manon. Tous les deux accueillants, animés par des projets raisonnés et un goût prononcé quand même pour la cuisine de "maman". A suivre.

 

 

Catherine UNAC cunac@midilibre.com


Du lundi au samedi midi et soir. Les Aubuns, route de Garons, Caissargues. Menu unique du midi : 15 euros.
Carte: plats autour de 19 euros.
Tél. 04 66 70 10 44.

A Nîmes : Le Bouchon et l'assiette remettent le couvert

NOTE : BON. PRIX : RAISONNABLE.

Tout près des jardins de la Fontaine, un restaurant transformé


Que de changements au Bouchon et l’assiette. Le chef Lionel Geiger est resté mais il a dépoussiéré sa petite affaire. La déco un peu désuète a fait place à une ambiance plus contemporaine. Les murs sont en pierres apparentes, les tables en bois sombres, un comptoir a été installé à l’entrée et les fenêtres agrandies laissent entrer la lumière. Le lieu paraît plus vivant. Evidemment, cette petite révolution ne pouvait se faire sans un changement radical de la carte. Finis les plats gastronomiques et les longs menus. Des plats pas tartes sont proposés à l’ardoise avec des intitulés pas compliqués. Résultat<TH>: de la vivacité dans l’assiette. Et une seconde vie pour ce restaurant qui est resté la cantine préférée des cadres du quartier en quête de plats vite compris, vite servis et à la qualité irréprochable. Le menu du jour affiche mesclun et œufs mayo, entrecôte et pommes de terre sautées et pain perdu en dessert. Pour quelque chose de plus folichon, il faut piocher dans la carte où l’on trouve notamment une excellente escalope de foie gras poêlée aux figues, une cassolette de homard aux girolles, une estouffade bœuf à la saint-gilloise ou encore en dessert, un petit pot au Carambar ou une mousse de chocolat light !
Ne manque plus qu’une terrasse qui serait pour le moment au stade de projet.


Catherine UNAC cunac@midilibre.com


Ouvert tous les jours midi et soir sauf le mardi. Le bouchon et l’assiette, 5 rue de Sauve, Nîmes.
Menus 10 euros, 13,50 euros, 18 euros. Carte : plats à partir de 14 euros,
entrée à partir de 6 euros, desserts 6 euros.
Tél. 04 66 62 02 93.

06/10/2010

Nîmes : Simple douceur sucrée-salée

NOTE : BON. PRIX : RAISONNABLE

Passage des Marchands, une petite table aux plats délicats qui mélangent saveurs sucrées-salées


Voilà une toute petite adresse qui ne paie pas de mine, mais ne vous y fiez pas. Si le restaurant Simple douceur fait dans le discret -il est un peu dissimulé dans l’étroit passage des Marchands- et dans le modeste jusque dans son nom, il cache en revanche une cuisine créative et délicieusement élaborée. La petite ardoise annonce des émincés de porc au citron et caramel, un mijoté de dinde au brie et raisins secs ou encore un crumble de requin aux poires pochées. Les produits sortent de l’ordinaire, les combinaisons paraissent audacieuses et les plats réflechis. De quoi donner envie de s’asseoir sur les chaises un peu inconfortables du patio. On jette un œil sur la carte qui propose aussi des salades aux intitulés amusants : salade caractérielle, week-end à Rome. Mais le choix s’arrête sur cette alléchante ardoise du jour.

La tarte aux moules et à l’aneth réussit à étonner en dépit de son apparente simplicité, tout comme le clafoutis au chèvre et petits pois servi comme un flan couronne. L’émincé de dinde au brie surprend gentiment le palais qui se délecte d’une délicieuse purée de brocolis et de pâtes assez simples.
Le service qui n’a pas manqué d’efforts, amène une addition riquiqui. Bravo à Nelly qui, à 24 ans à peine, propose une cuisine pleine de promesses.


Catherine UNAC cunac@midilibre.com


Du mardi au samedi midi. Simple douceur, 7 passage des Marchands, Nîmes. Menus à 13,80 euros ou complet à 16,80 euros.

Tél. 04 66 21 05 11.

Uzès : Le meilleur de l'italie dans l'assiette du Zanelli

NOTE : BON. PRIX : RAISONNABLE.

C’est LA pizzeria d’Uzès, celle où l’on va pour ses plats préparés avec des produits venus directement d’Italie


Il n’est pas nécessaire d’être italien pour tenir un restaurant sur cette spécialité, il suffit parfois juste d’avoir le goût de la gastronomie et celui des autres. Ca tombe bien Éric Rinchand en est largement pourvu. Le patron du Zanelli offre une carte 100% italienne avec les saltimboccas, les antipasti, les linguini et tous ces plats chantants qui font la richesse de la cuisine italienne. La farine provient d’Italie, les sauces sont préparées au dernier moment et certaines régles de bases sont respectées comme de ne pas mélanger la viande avec les pâtes. Quelques entorses sont faites aux spécialités de la Botte : elles s’appellent linguines aux palourdes ou tagliatelles à la truffe (Eric travaille avec le syndicat des trufficulteurs du Gard lors de la fête annuelle de la truffe d’uzès).
En salle et en cuisine, l’équipe discrète est largement rodée aux rushs touristiques et aux clients exigeants. Résultat, il règne une ambiance estivale décontractée tout au long de l’année (le restaurant n’est fermé qu’en novembre) sur la petite placette à deux pas de la place aux Herbes.

Rien à redire du déjeuner: les antipasti classiques étaient délicieuses, la pizza aux quatre fromages appréciable avec sa pâte fine et l’accueil commerçant.


Catherine UNACcunac@midilibre.com


Du jeudi au lundi midi et soir. Le Zanelli, 3 rue Nicolas-Froment, Nîmes.  Plat du jour autour de 14 euros.

Pizzas à partir de 7,50 euros.  Tél. 04 66 03 01 93.